La destruction du cimetière baha’i de Shiraz reprend

8 Août 2014

1013_00

Les Gardes Révolutionnaires iraniennes ont repris la démolition d’un cimetière historique baha’i à Shiraz, en Iran, après une pause de plusieurs mois face à la pression internationale et à l’expression de l’indignation de la part des Iraniens de tous les horizons de la vie.

Les rapports venant d’Iran indiquent que les Gardes Révolutionnaires ont maintenant supprimé quelques 30 à 50 des 950 tombes de bahaïs, plaçant les cadavres dans un canal ouvert pour faire place à la construction d’un nouveau complexe culturel et sportif.

En Juin, les Gardes Révolutionnaires avaient annoncé publiquement, lors d’un rassemblement organisé avec les médias, leurs avancées dans la réhabilitation du site. Lors de ce rassemblement ils ont utilisé un rouleau compresseur pour compacter le sol. Un tapis a ensuite été posé sur un certain nombre de tombes et le commandant de la Garde Révolutionnaire a donné un discours attaquant ouvertement les baha’is.

« La manière dont les Gardiens de la Révolution ont procédé à la destruction de ces lieux considérés sacrés pour les baha’is, dépasse les bornes en termes de comportement humain », a déclaré , le représentant de la Communauté internationale bahá’íe aux Nations Unies à Genève.

«De toute évidence, cette dernière action – une célébration publique tenue sur les tombes de personnes innocentes – est une tentative par les Gardiens de la Révolution pour justifier à un public iranien de plus en plus indignés de la profanation du cimetière et le traitement des baha’is en général » a déploréDiane Ala’i.

« Nous appelons le gouvernement iranien à mettre immédiatement un terme à cette profanation, et nous demandons à la communauté internationale d’exprimer également ses préoccupations au sujet de ces agissements scandaleux », a déclaré Mme Ala’i.

Selon Mme Ala’i, les membres de la communauté bahá’íe de Shiraz ont plaidé auprès des autorités locales pour faire respecter un arrêt permanent de la construction. Ils ont proposé un compromis dans lequel le complexe sportif pourrait être construit sur un site en dehors des zones où les Baha’is sont enterrés, tandis que le cimetière lui-même est transformé en un espace vert.

Cependant il a été répondu aux bahá’ís que les autorités locales n’ont aucun contrôle sur les Gardiens de la Révolution. Ces derniesr réclament avoir acquis l’autorisation d’excavation de ce terrain il y a environ trois ans.

Démolition de ce cimetière – dont le terrain avait été acheté par les baha’is dans les années 1920 – a commencé d’abord à la fin du mois d’avril avec le creusement d’une grande excavation peu profonde. Cette action avait été arrêté après que les médias internationaux ont fait état ​​de la profanation et également lorsque plusieurs autres gouvernements ont exprimé leur préoccupation.

Plus récemment, cependant, le béton a été coulé pour une fondation, et un certain nombre de signes ont été posté proclamant le plan des gardes de construire un complexe sportif et culturel qui comprendra une bibliothèque, une mosquée, restaurant, théâtre, centre de soins de l’enfant, et salle de sport.

Le fait est qu’au cours de la célébration publique de l’avancement de la démolition, tenue le 14 Juin, le commandant des Gardiens de la Révolution de la province de Fars, a donné un discours attaquant les baha’is et a appelé la foi bahá’íe une « faute », une « secte perverse».

Selon IranWire, ce même commandant ou d’un autre fonctionnaire de haut rang dans les Gardiens de la Révolution de la province de Fars par la suite a déclaré: « Nous allons utiliser une approche véhémente avec ceux qui enseignent sur la « secte perverse » dans cette province …. Leur religion ou secte , n’est pas authentique. »

Dans le même temps, les baha’ïs de la province de Fars ont exprimé leur plus profonde angoisse au sujet de la destruction du site. Dans une lettre ouverte écrite aux autorités locales en mai dernier, par exemple, une femme agée de 50 ans a déclaré qu’elle fait l’objet des décennies d’oppression, ces persécutions prennent l’ampleur maintenant avec cette dernière attaque sur un lieu où les corps de son père, de sa mère, et de sa sœur – qui ont tous été pendus et exécutés par le gouvernement dans les années 1980 – avaient été mis au repos.

« Hier, … le cimetière où les corps de ma famille bien-aimée ont été enterrés a été déterré et le sol a été chargé sur des camions et emmenés, de sorte qu’aucune trace de la preuve serait laissé des crimes et des atrocités commises par vous au cours des trente dernières années », écrit-elle.

« Fin de cette rancune de longue date et de l’inimitié, » dit-elle. «Nous sommes vos compatriotes, vos concitoyens, vos voisins, votre famille et vos proches. Nous travaillons pour la diffusion de l’amour; nous adorons affection et bienveillance; et nous croyons fortement que nous avons tous le droit à la vie que Dieu nous a accordée « .

 

F.B.

@AmisIran

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s