Quatre Baha’is Arrêtés A Shiraz

Mercredi 6 août 2014,

timthumb

Quatre baha’is de Shiraz ont été arrêtés par les forces de sécurité iraniennes à Shiraz et ont été transférés vers une destination inconnue.

Selon HRA, la Nouvelle Agence des Défenseurs des droits de l’Homme en Iran, le mardi 5 août, les forces de sécurité ont procédé à des arrestations dans la ville de Shiraz et ont arrêté quatre baha’is pour des raisons inconnues.

Mais comme souvent l’arrestation des baha’is est à cause de leur appartenance à la foi baha’ie qui est depuis sa naissance, persécutée en Iran.

Les personnes arrêtées sont: Les messieurs: Adib Haghpajouh, Said Abedi, Vahid Dana et Madam Bahhyih Manavipour.

Il est à noter que Monsieur Adi Haghpajouh avait déjà été arrêté en janvier 2011 et libéré quelques mois après sous caution.

 

Depuis la révolution islamique de 1979 en Iran, les bahá’ís ont été systématiquement persécutés suite à une politique du gouvernement. Au cours des dix premières années de cette persécution, plus de 200 bahá’ís ont été tués ou exécutés, des centaines d’autres ont été torturés ou emprisonnés et des dizaines de milliers ont perdu leur travail, l’accès à l’éducation, ainsi que d’autres droits et ce uniquement à cause de leur croyance religieuse.

Les attaques dirigées par le gouvernement contre la plus grande minorité religieuse
non-musulmane du pays se sont de nouveau intensifiées au cours de la dernière
décennie. Depuis 2005, plus de 710 bahá’ís ont été arrêtés, et le nombre de bahá’ís en prison est passé de moins de cinq à un nombre actuel de 136.
La liste des prisonniers comprend les sept membres d’un ancien groupe de responsables servant la communauté bahá’íe d’Iran. En 2010, ces sept responsables ont été injustement condamnés à 20 ans de prison, ce qui représente la plus longue peine actuellement infligée à des prisonniers de conscience en Iran. La menace permanente d’attaques, d’arrestations et de détention ou d’emprisonnement fait partie des éléments
principaux de la persécution des bahá’ís d’Iran aujourd’hui.

La discrimination économique et éducationnelle, les limites sévères au droit de rassemblement et à la prière, et la diffusion de propagande anti- bahá’íe dans les médias contrôlés par le gouvernement sont d’autres types de persécution. Les attaques contre des bahá’ís ou des propriétés appartenant à des bahá’ís ne sont ni traduites en justice ni condamnées, créant un sentiment d’impunité pour les attaquants.

Depuis 2005, par exemple, il y a eu au moins 49 incidents d’incendie criminel contre des propriétés appartenant à des bahá’ís, des crimes pour lesquels personne n’a été arrêté. Au cours de la même période, 42 actes de vandalisme dans des cimetières bahá’ís ont été enregistrés. Comme cela a récemment été noté par un haut fonctionnaire de l’Organisation des droits de l’homme aux Nations unies, la persécution menée par le gouvernement couvre « tous les domaines de l’activité de l’État, des clauses de la loi sur la famille au système scolaire, à l’éducation et à la sécurité ». En d’autres termes: l’oppression des bahá’ís d’Iran s’étend du berceau à la tombe.

Fereydoun B.

@AmisIran

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s